ARCHIVES

lundi 1 mai 2017

MARK MULCAHY ~ The Possum In The Driveway [2017]


"Catching mice would be nice but all I really want is you."
On est déjà le 1er mai, il est temps que sorte le Disque de l’Année non? Ça tombe bien, La Plus Belle Voix du Rock se fait entendre à nouveau après quelques années de presque silence. Chouette hein, ce disque dont tout le monde s’accorde à louer la qualité, les compositions, les mélodies, l’histoire qu’il raconte, tout ça… sacré Uncle Ray va ! Ouais mais c’est pas de lui dont il s’agit aujourd’hui, c’est de l’Autre Plus Belle Voix du Rock. Elle s’est pas tue bien longtemps celle-là puisque Mulcahy a relancé récemment ses deux autres projets que sont Polaris et Miracle Legion. Et c’était très réussi. Mais rien, non rien de comparable avec cet O.V.N.I. solo. Mulcahy on révérait la voix et les compos mais c’était aussi un mélange d’Epiphone cristalline et d’orchestrations près de l’os. Là on vire tout ou presque par la fenêtre et on fait entrer synthés, trompettes, saxos, clarinettes, claviers, tout le tintouin inhabituel quoi. Y a aussi des trucs que j’ai pas bien reconnus. Pas trop envahissants quand même ces ajouts, faut pas déconner non plus. Du coup moi qui ai toujours considéré Mulcahy comme un genre à lui tout seul (y en a d’autres comme ça hein, il détient pas l’exclusivité) hé ben ça se vérifie. Mulcahy fait du Mulcahy qui ne ressemble à rien de ce que Mulcahy faisait. Ou presque. Quoique. Et encore. Enfin, j’me comprends… J’avoue que là chuis à court d’arguments, je sèche, je sais pas comment vous dire de bordel de merde stopper immédiatement toute activité pour laisser glisser cinquante minutes de bonheur entre vos oreilles. Ecouter Mulcahy ça fait moins mal qu’un coup de pied au cul… Ça va comme ça ? Pour Ray Davies vous aurez toujours le temps et les conseils d’un ami bien intentionné, lui. Et puis si ça peut faire l’affaire le mec au chapeau-melon à côté de Mark sur la photo s’appelle Mr. Ray. Il n’a rien à faire là j’en conviens, c’est juste le guitariste de Miracle Legion, vous connaissez sûrement c’est le groupe du mec qui... ah merde je radote. Non la photo c’est juste parce qu’avec une gueule comme ça on a peut-être un début d’explication. Comme si c’est ça qui nous intéressait, les explications. En plus, toujours aussi délicat, Mark glisse ici un hommage à notre Jimmy national. Je serais bien avisé d’en faire autant mais je n’en ai pas le talent… De quoi ? Bon, si vous insistez je veux bien essayer : "Que les larmes de joie qui couleront à l’écoute de ce joyau qui rayonne autant que l’astre le plus brillant de cette galaxie embrumée qu’on entraperçoit que dans nos rêves les plus fous ne vous empêchent pas de profiter de la beauté de cette pochette que… qui… (voilà, je sèche, j’en étais sûr, euh…) ne gâche rien !" Hem… je crois qu’il est temps de conclure : On est le 1er mai, il vient de sortir Le Disque de l’Année.
Everett W. GILLES [Vous prendrez bien le temps d’un petit commentaire !]


01 - Stuck On Something Else
02 - 30 Days Away
03 - I Am The Number 13
04 - Catching Mice
05 - The Fiddler
06 - Hollywood Never Forgives
07 - Conflicted Interests
08 - Cross The Street
09 - They Broke The Spell
10 - Jimmy
11 - Geraldine
MP3 (320 kbps) + front cover



22 commentaires:

  1. J'étais en train de décompresser le dossier, quand mon ordinateur m'a envoyé une alerte "Gun Club". Oui, mon P.C. peut envoyer des alertes de ce genre; c'est un logiciel payant, mais c'est bien pratique. Sauf que, du coup, le monde s'est arrêté pour plusieurs jours. Je pense que demain, je serai en état, mais, là, tout de suite, j'ai trop la voix de Jeffrey qui résonne, et je ne m'imagine pas écouter autre chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de temporiser, trop de bonheur d'un coup ça peut faire mal !
      On en reparlera ...

      Supprimer
  2. Ah ouaih, ça c'est une bonne nouvelle, le nouveau Mulcahy, ouaih parce que ça tombe bien, je viens de me manger le nouveau Ray qui fait un foin pas possible et je suis resté de marbre...c'est flippant, je crois que je vais essayer à nouveau, mais juste après Mark pour remettre les enceintes à l'heure.
    Thx'Vrett

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi pour le Ray: je l'ai écouté en marchant et j'ai quand même failli m'endormir!

      Supprimer
    2. Pareil pour moi, si ce n'est la voix d'Uncle Ray qui ... bah sa voix quoi.
      Méfie-toi de la pause Mulcahy Cha, si ça se trouve tu vas pas t'en remettre ...

      Supprimer
  3. Alors, je viens de l'écouter et je suis littéralement envoûtée! Un disque d'une grande beauté dans lequel on rentre immédiatement.
    Il y a parfois dans ce monde des évidences. Ceci en est une.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mulcahy c'est une évidence c'est vrai, mais juste pour ceux qui un jour l'ont écouté ... et pour tout un tas de musiciens plutôt connus qui le révèrent (de révérer hein ...)
      Pour le reste c'est une injustice !!

      Supprimer
  4. WAOUHH!!! Alors ça c'est Absolutely Cool...

    Merci pour mes Z'oreilles mais pas que.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui hein, il me semblait bien ...
      Merci à toi !

      Supprimer
  5. C'est superbe. Evident dès la première écoute. Avec beaucoup de retard, merci aussi pour la découverte de Nicole Atkins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si pour Nicole on ressentait un je-ne sais-quoi, j'ai l'impression que pour Mulcahy on sait quoi ... une touche de génie, je n'aurai pas peur du mot !
      Thanx !

      Supprimer
  6. Ce qui me touche en plus de ce disque tant bienvenue en ce mardi timidement ensoleillé (I Am The Number 13!!!) et cette chronique chaleureuse (La vraie fausse maîtrise, Mark de EWG) c'est comment cet artiste a atterri dans ma demeure. "In Pursuit Of Your Happiness" sur une chronique 2012 de EWG déjà? Je crois? "Dear Mark J. Mulcahy, I Love You" 2014 et c'est Till qui s'y colle et enfin "The Possum In The Driveway" lors d'une perfect week. De là à dire que je n'aurai jamais connu ce grand monsieur sans vous mes chers blogueurs c'est un pas que je viens de démontrer ... et c'est toujours un palisir. Merci à vous (Je suis d'une humeur tendre et bienveillante, profitez en, mais pas trop!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'effet Mulcahy qui te rend bienveillant, je suis confiant ça va durer !
      Ce mec est un de mes chouchous mais alors lui sur le podium et c'est un plaisir de le partager, j'étais quasiment tombé dans le coma aux premières notes de ''Happiness...''
      Après on s'était chauffés avec Till (où il est tiens d'ailleurs celui-ci quand on l'attend ?) sur Dear. Enfin, c'est lui qui m'avait chauffé ...
      Et je te rassure je suis rarement dans la maîtrise, pour le texte j'ai chargé le disque la nuit où il est sorti, écrit un truc en l'écoutant puis ''allo Jimmy, c'est pour une urgence !''
      Merci mec, et y a plein de trucs qu'on a découvert les uns grâce aux autres, pourvou qué ça doure !

      Supprimer
    2. Comment ? qui m'appelle ?
      Alors ok, je sors pas la tête de l'eau l'espace de...disons une bonne semaine et bam ! on me balance d'un seul coup un inédit du Gun Club et un nouveau Mulcahy ? M'en fous, ça me fait pas peur, je vais me taper les deux à la suite, c'est-à-dire 10 fois de suite au bas mot.

      PS1 : merde elle est belle cette pochette.
      PS2 : on s'est chauffé sur Dear ? Pas le souvenir.

      Supprimer
    3. Ah t'es là toi ...
      PS 2 : Ouais chauffés, on s'est chauffés je m'en souviens bien. Il doit en rester des traces !
      PS 1 Magnifique, si je me souviens bien le clown s'appelle Emmet Kelly.

      Ce Mulcahy éclipse tout chez moi, mais comme Jimmy peut nous entendre je n'écrirai pas ''même le Gun Club'' ...

      Supprimer
    4. Je viens de l'écouter deux fois de suite. C'est bien pour commencer. Superbe est le qualificatif qui me vient le plus facilement. L'apport des cuivres, du synthé, des chœurs en toute discrétion [un peu comme sur le dernier KM] amène un peu de gras et le gras ça donne du goût. Il a du gras, du goût et de la longueur en bouche ce Possum !

      Supprimer
  7. Enfin un nouveau disque qui ne va pas s'user après deux ou trois écoutes. Pourtant, étrangement, arrivé à la moitié du disque, j'ai eu l'impression de déjà le connaître... Sinon, je crains de ne pas réussir à l'expliquer, mais il me fait penser à certains disques des Beach Boys post "Pet sounds".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord avec ta première phrase mais aveugle (et sourd...) comme le fan que je suis, mon avis compte peu. Le tien et celui des potes par contre ...

      Aussi réussies soient les orchestrations, le plus bel instrument de Mulcahy reste sa voix, deux points communs avec les BB ? Va savoir.
      Thanxalot JJ !

      Supprimer
  8. Qu'il est chouette ce disque ! La première écoute est bluffante d'évidence et j'ai bien l'impression qu'il en supportera aisément quelques autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce côté ''évident'' qui revient pas mal par ici moi je l'attribue au génie, mais je suis trop fan du bonhomme pour être objectif !
      (Je suis par contre rassuré quand je lis cette sorte d'unanimité qu'il génère...)
      Thanx !

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Waaaaaa !! Merci !!
    Je ne connaissais pas et ces mélodies sont magnifiques !!
    Et moi qui croyait que c'était Kevin Morby qui était sacré meilleur album de l'année :) Ils seraient "deux" alors ???

    RépondreSupprimer