ARCHIVES

lundi 10 décembre 2018

Jazz En France - Volume X : Les Double Six [HMC. 2018]




C'est en 1959 que la chanteuse Mimi Perrin fonde le sextet vocal Les Doubles Six sur le modèle du trio américain Lambert, Hendricks & Ross. L'idée de base en est identique, il s'agit de chanter des paroles sur les morceaux de jazz les plus connus du moment en respectant le rythme, le tempo, le phrasé et la mélodie du thème original. Sauf que Mimi Perrin va mettre un soin maniaque à reproduire le plus fidèlement possible les soli des titres originaux. Elle utilise des consonnes explosives (P, B, D, Q) pour rendre compte de l'attaque du soliste qui est le plus souvent un saxophoniste ou un trompettiste. Elle use abondamment des : "oui !" et des : "ben, t’as dit vrai, toi" pour reproduire les tutti d'orchestre typiques du style des big bands. Le membre des Double Six qui chante le solo est choisi en fonction de la tessiture de sa voix afin de s'approcher au plus près du registre de l'instrument d'origine. Le répertoire provient des grands succès des orchestres les plus en vogue de l'époque : Count Basie, Woody Herman, Quincy Jones, Gerry Mulligan ou John Coltrane. Les Double Six sortent un premier album en 1961, suivi d'un autre en 1962. Quincy Jones, alors arrangeur et compositeur au sein de l'orchestre de Count Basie et parisien depuis 1957, y figure en bonne place. A cette époque, Quincy Jones dirige également son propre big band. En 1963 sort un album interprété en collaboration avec Dizzy Gillespie. Les textes y sont souvent drôles et le titre Roby le robot remporte un grand succès. En 1964 parait un quatrième et dernier album consacré à Ray Charles, mais l'inspiration n'y est plus. Minée par la maladie, Mimi Perrin y a jeté ses dernières forces et, peu après, abandonne définitivement la musique. L'absence de Ray Charles parmi les interprètes ajoute encore à l'impression de rendez-vous manqué que dégage cet opus. Outre Mimi Perrin, les Double Six sont composés des chanteuses Monique Guérin, Christiane Legrand (la sœur de Michel Legrand), Claudine Meunier, Hélène Devos et Annie Vassiliu (la sœur de Pierre), des chanteurs Louis Aldebert, Ward Swingle, Jean-Louis Conrozier, Roger Guérin, Jacques Denjean, Jean-Claude Briodin, Eddy Louiss (futur pianiste de Claude Nougaro), Bob Smart, Bernard Lubat, Jef Gilson (futur chef de file du free jazz français), Gaëtan Dupenher et Claude Germain. Claudine Meunier et Christiane Legrand se retrouveront bientôt sous la direction de Michel Legrand pour l’enregistrement des Demoiselles de Rochefort, le film de Jacques Demy. Une section rythmique composée de René Urtreger au piano, Jimmy Woode à la contrebasse et Jean-Louis Viale à la batterie accompagne les vocalistes. Un mot sur la technique d'enregistrement : au début des années 60, les magnétophones multipistes n'existent pas. Ils sont stéréo, deux canaux, donc. Pour enregistrer plusieurs pistes, il faut ré-enregistrer les deux pistes initiales sur un deuxième magnétophone en y ajoutant deux canaux supplémentaires que l'on mixe sur le champ, sans possibilité de modifier à posteriori le placement des musiciens. Il faut donc dès les deux premières pistes imaginer la position (droite/gauche) des musiciens que l'on enregistre. De plus, en l'absence de réducteur de bruit Dolby qui ne sera inventé que dans les années 70, chaque ré-enregistrement ajoute son propre souffle au souffle de l'enregistrement initial. Voici pourquoi les morceaux des Double Six sont entachés d'un souffle plus important que les autres productions de l'époque. Ce qui n'empêche nullement la magie d'opérer.
ZOCALO [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]

 






















01 - Tickle-Toe
02 - Westwood Walk (Histoire De baryton)
03 - Hot House [Avec Dizzy Gillespie]
04 - Early Autumn [Finalement L'Automne Est Arrivé]
05 - Stockholm Sweetnin' (Un Coin Merveilleux)
06 - Sherri
07 - For Lena And Lennie (En Flânant Dans Paris)
08 - Hallelujah, I Love Her So
09 - The Champ [Avec Dizzy Gillespie]
10 - Sweets (Les Quatre De L'Opéra)
11 - Hit The Road, Jack
12 - Moanin' (La Complainte Du Bagnard)
13 - Blue 'n' Boogie [Avec Dizzy Gillespie]
14 - Evening In Paris (Il Y A Fort Longtemps)
15 - Naima
16 - Boplicity (La Légende Du Troubadour)
17 - Tin Tin Deo [Avec Dizzy Gillespie]
18 - A Night In Tunisia (Le Tapis Volant)
19 - Lonely Avenue
20 - Emanon [Avec Dizzy Gillespie]
21 - Meet Benny Bailey (Au Bout Du Fil)
22 - Fascinating Rhythm (Le Pas Qui Plaira)
MP3 (320 kbps) + front cover

 
 

mercredi 28 novembre 2018

RAOUL VIGNAL ~ Oak Leaf [2018]


Je suis sans pitié. Si vous avez des oreilles et un cœur, vous devez déjà être au bord de l'apocalypse émotionnel après avoir enquillé le Marianne, le Josephine et le Alain. Nous ne sommes pas sur terre pour nous remettre de nos émotions, mais pour nous vautrer majestueusement dans les draps de la sensualité ! Après un premier effort, The Silver veil, paru l'an passé et ressemblant à s'y méprendre à un chef-d’œuvre, l'ami Raoul remet les savoureux petits plats dans les grandes assiettes à évanouissement. Comme chez Chet Baker ou Nick Drake, on se demande ce qui l'emporte, la couleur du soleil ou le parfum de la mélancolie. En fait, ce qui est merveilleux, c'est la complication de ces deux horizons. Ce n'est pas de ma faute si tous les derniers grands disques sont peints à l'acoustique : il va donc encore vous falloir tendre l'oreille pour entendre les confidences généreusement distillées dans cet album aussi passionnant qu'émouvant. Partout, il pleut, il mouche, il grisouille : que foutre ! je ne vous donne pas quarante-cinq secondes avant que vous ne soyez en train de faire du dos crawlé au milieu des fééries ! 
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]           

01 - Pepa's Eyes
02 - No Faith
03 - The Dream
04 - Blue Raven
05 - I Might
06 - I Have Sinned
07 - The Waves [Pt. 1]
08 - The Waves [Pt. 2]
09 - Mirror
10 - The Valve
MP3 (320 kbps) + front cover
COOL 142 

 
 

lundi 26 novembre 2018

ALAIN BASHUNG ~ En Amont [2018]


"Je ne t'ai jamais dit, mais nous sommes immortels..." Or donc, un lundi matin humide et frileux, on se retrouve à écouter un nouvel album d'Alain Bashung. Evidemment, ça fait tout drôle (je ne suis pas certain que ce soit l'adjectif le mieux approprié)... Les artistes refusent de mourir - même sur scène. Dans les couloirs du purgatoire, ils implorent encore le droit de pousser une énième chansonnette... Tenter un billet sur un tel disque, c'est un peu comme écrire sur du sable... A la réalisation, Edith Fambuena a fait du joli boulot : tout est sobre et digne (c'était important). Tous les participants (auteurs, musiciens...) ont donné le meilleur d'eux-mêmes et l'album (essentiellement acoustique) ne souffre pas de la comparaison avec le magnifique Bleu pétrole. Surtout, la voix de Bashung est claire et profonde, émouvante comme aux plus belles heures. "La douceur tombera comme une coulée de plomb. On se relèvera la nuit sur le balcon pour mettre nos âmes à l'abri..."
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]   

  
01 - Immortels
02 - Ma Peau Va Te Plaire
03 - La Mariée Des Roseaux
04 - Elle Me Dit Les Mêmes Mots
05 - Les Salines
06 - Montevideo
07 - Les Arcanes
08 - Seul Le Chien
09 - Les Rêves De Vétéran
10 - Un Beau Déluge
11 - Nos Ames A L'Abri
MP3 (320 kbps) + front cover 


 

mardi 20 novembre 2018

JOSEPHINE FOSTER ~ Faithful Fairy Harmony [2018]


Enfin un peu de féérie au milieu de ce monde brutal... Les gens (les fameux gens, ça faisait longtemps que je ne les avais pas évoqués) ne se rendent pas compte à quel point l'existence peut s'avérer difficile pour "les âmes sensibles" (appelons-les ainsi). Non seulement, ils ne se rendent pas compte, mais ils s'en foutent complètement ! L'immense majorité (heureusement, elle ne fréquente pas ce blog) s'enfuirait au galop, si on venait à lui faire entendre une chanson de ce merveilleux album. J'entends d'ici cette funeste engeance traiter la douce Josephine de Fée Clochette hallucinée et autres fades fadaises... Toute sa vie, Louis-Ferdinand Céline répéta combien il trouvait les hommes lourds. Pour marquer sa différence, il rappelait qu'il avait été élevé dans une boutique où l'on réparait les plus délicates dentelles, symboles de raffinement et de légèreté. Tout ça pour vous expliquer que Josephine Foster fait dans la dentelle, qu'elle comprend le langage des anges, et que les porteurs de gros sabots n'ont qu'à aller se les faire décrotter ailleurs ! Enfin un peu de féérie et enfin un disque tout beau tout neuf, qu'on n'a pas l'impression d'avoir déjà écouté mille fois sous un autre nom (et souvent en mieux). Enfin un peu de féérie et enfin des chansons pour se sentir moins seul et dans ce monde et sous l'hiver. Oui, il se pourrait, éventuellement, que certaines soient un peu zinzins sur les bords (voire même au milieu, à l'occasion), mais c'est justement ça qui est tellement bon, et c'est justement ça que ne comprendront jamais les lourdeaux de tout poil. A écouter en boucle, en marchant sur la tête et le cœur en fête !
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]       


01 - Soothsayer Song
02 - A Little Song
03 - The Virgin Of The Snow
04 - Pearl In Oyster
05 - Benevolent Spring
06 - Force Divine
07 - All Pales Next To You
08 - Lord Of Love
09 - Eternity
10 - Indian Burn
11 - The Peak Of Paradise
12 - Adieu Color Adieu
13 - Pining Away
14 - Challenger
15 - I Was Glad
16 - Shepherd Moon Of Starry Height
17 - Little Lamb
18 - Faithful Fairy Harmony
MP3 (320 kbps) + front cover