ARCHIVES

jeudi 18 mai 2017

MAZZY STAR ~ Seasons Of Your Day [2013]


La disparition de Keith Mitchell ne va rien changer : les magazines spécialisées vont lui consacrer quelques maigres lignes et tout le monde va oublier son nom. Pourtant, ce gars-là était de la graine des héros. Contrairement à ce que d'aucuns peuvent penser, il est moins facile d'offrir un jeu économe et sensuel plutôt que de multiplier les roulements et de fracasser des cymbales. Ce n'est pas tout : des scientifiques se sont penchés sur la question sans rapporter l'ombre d'une réponse : comment cet homme faisait pour ne jamais perdre le rythme ou devenir complètement fou alors que sous son nez s'agitait le petit cul hautement spirituel de la chanteuse de la plus sexy de l'univers ? Pour le reste (à l'usage de ceux qui tombent de la lune), il s'agit du chef-d'oeuvre inespéré d'un groupe immense qui ne s'était pas réuni depuis des lustres (dix-sept ans exactement). 
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]


01 - In The Kingdom
02 - California
03 - I've Gotta Stop
04 - Does Someone Have Your Baby Now
05 - Common Burn
06 - Seasons Of Your Day
07 - Flying Low
08 - Sparrow
09 - Spoon
10 - Lay Myself Down
MP3 (320 kbps) + artwork


14 commentaires:

  1. D'autant plus que la disparition de Keith Mitchell est d'ores et déjà éclipsée par celle de Chris Cornell, de Soundgarden.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, Soundgarden m'a toujours laissé de marbre.

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas ce monsieur, mais pas à son âme. Je vais refaire une tentative d'écoute. Quant au fessier de Hope Sandoval...
    Pour Yggdralivre, s'il passe par ici, sur Israbox "The best of the Renaissance" par The Tallis Scholars, la qualité anglaise quoi...

    RépondreSupprimer
  3. "paix" à son âme !
    Jimmy, je croyais que tu n'aimais pas les hommages posthumes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, je n'aime pas les hommages posthumes, mais, depuis ce nouveau blog, j'ai décidé de revoir ma position car je me faisais l'effet d'un indifférent.

      Supprimer
  4. Les batteurs c'est tous des branleurs.
    J'ai pas mieux comme hommage ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Venant de toi, c'est déjà beau!
      J'avais un ami qui avait un copain (ça commence bien!) qui disait que c'était un mal nécessaire! Raison de plus pour saluer les bons.

      Supprimer
  5. J'ai longtemps négligé cet album en considérant que c'était un album de plus dans les l'interminable vague de réformation au résultat ni bon ni mauvais.

    Et puis tu l'avais proposé il y a quelques années, ce qui m'a donné l'occasion d'y jeter une oreille. Et depuis, je l'ai même acheté en vinyl tellement qu'il me plait.

    Le nom de Keith Mitchell me fait penser aussi à Bruce Mitchell, le batteur de Durutti Column.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce disque m'a rendu fou d'amour! Quand Hope chante: "I think I'm going back to California", sa voix me donne envie de me jeter par la fenêtre!
      Je l'avais oublié, le Bruce...

      Supprimer
  6. Je ne connaissais pas du tout le disque. Après quelques chansons, déjà envoûté. Paix au batteur, donc.

    RépondreSupprimer
  7. Hello Jimmy,

    Je partage ton avis sur la difficile discrétion des batteurs. De mon côté je n'ai jamais accroché à Mazzy Star, quand à la miss Espoir, j'aime beaucoup son prénom.
    Je ne suis pas plus fan de Soundgarden mais Cornell mérite également une pensée.

    RépondreSupprimer
  8. C'est retour vers le futur : si Mazzy Star avait vu le jour il y a 50 ans, peut être se serait-il appelé Velvet Underground !
    On retrouve un peu les mêmes sonorités piquantes et feutrées.
    Très bel album

    RépondreSupprimer