ARCHIVES

mercredi 15 novembre 2017

ODETTA ~ Odetta Sings Dylan [1965]


On retrouve plusieurs fois la même peinture dans l'oeuvre de J.D. Salinger. D'abord, le frère du narrateur jette une pierre au visage d'une de leurs jeunes voisines parce qu'il la trouve trop belle. Ailleurs, le même (ou presque) annule son mariage, le matin de ses noces, parce qu'il se trouve trop heureux (quelques jours et plusieurs pages plus tard, il se tirera une balle en pleine tête certainement pour la même raison). Je ne sais trop ce que vaut ce parallèle, mais je pense souvent à ces images quand je m'autorise à écouter Odetta. Sa voix et sa guitare sont si pures qu'elles peuvent devenir d'une insupportable beauté. Cet album, comme toute l'oeuvre d'Odetta, et donc à prendre avec des pincettes. Au-delà de cette perspective esthétique et quasi philosophique, ce disque est particulièrement rare car il est peu courant qu'un artiste établi et adulé par ses pairs rende ainsi hommage à un jeunot sur l'étendu d'un album complet. La pochette dit presque tout: on n'est pas là pour rigoler, juste se jeter dans l'extase !
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]     


01 - Baby, I'm In The Mood For You
02 - Long Ago, Far Away
03 - Don't Think Twice, It's All Right
04 - Tomorrow Is A Long Time
05 - Masters Of War
06 - Walkin' Down The Line
07 - The Times They Are A-Changin'
08 - With God On Our Side
09 - Long Time Gone
10 - Mr. Tambourine Man
11 - Blowin' In The Wind
12 - Paths Of Victory
MP3 (320 kbps) + artwork


12 commentaires:

  1. Beau billet qui traduit bien ce que l'on peut ressentir à l'écoute des albums de cette artiste.
    Je ne sais pourquoi mais j'étais persuadé que tu nous l'avais déjà offert sur "Les bruits magiques " mais non c'était "My eyes have seen", disque tout aussi magnifique.
    Pour ceux qui ne connaitraient que peu l'œuvre de cette chanteuse, le coffret 4 CD :" 7 classic albums plus bonus radio tracks" me semble également une parfaite entrée en matière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intégralité de l'oeuvre de cette immense artiste est passionnante. A ceux qui ne craignent pas les arrêts cardiaques, je conseille d'écouter un Billie, un Karen Dalton et un Odetta à la file!

      Supprimer
  2. Une voix, une guitare et basta ! Une telle beauté ne peut pas être insupportable. C'est une beauté simple, une beauté pure, la beauté originelle. Si le paradis existe, il doit y avoir une Odetta qui y chante à tous les carrefours… dans le cas contraire, autant aller en enfer !
    Sinon, un petit Alela Diane et un Odetta à la file, ça doit bien le faire aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que j'ai adoré les deux premiers albums de Alela Diane (je me demande même si ce n'est pas moi qui te l'ai fait découvrir), mais dès qu'elle a commencé à avoir un soupçon de notoriété, elle s'est mise à mettre de l'eau dans son vin, et chacun de ses disques est un peu plus fade que le précédent. Tout ce qu'elle a gagné en technique, elle l'a perdu en âme: c'est extrêmement dommage.

      Supprimer
    2. y'a tout de même des musiciens z'en plus hein (que juste guitare et voix)
      Bruce Langhorne – guitar, tambourine Peter Childs – guitar Les Grinage (aka Raphael Grinage) – bass

      sinon sinon, superbe partage... je me souviens que je m'étais fait une cassette alternant les originaux et ses reprises...
      en revanche, je me dis aussi que je suis loin de connaître tout sa disco et que ça fait une belle occasion de s'y mettre :)

      Supprimer
    3. Les musiciens qui l'accompagnent sont si bons qu'ils parviennent à se faire oublier! En cherchant un peu, on peut dénicher baucoup d'Odetta sur la toile (sur Israbox notamment)...

      Supprimer
  3. C'est vrai que la pochette dégage un sentiment très fort. En tout cas, Dylan doit être le seul artiste à avoir suscité autant de reprises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que tu oublis un petit groupe de Liverpool, mais en tant qu'artiste solo, c'est vrai.

      Supprimer
    2. Albert Grossman, le manager de Dylan à l'époque avait bien compris comment décupler les profits et rentabiliser toutes ces chansons qui n'avaient pas leur place sur le disque annuel. Les "basement tapes" sont à l'origine des maquettes destinées aux artistes en vogue, il était très hype à l'époque de reprendre un Dylan, et encore plus un inédit de Dylan. On en trouve d'ailleurs 5 ici.

      Supprimer
    3. ...ce qui n'enlève rien au talent d'Odetta (pas taper Jimmy !)

      Supprimer
    4. Tout ce que tu écris est résolument exact et non seulement ça n'enlève rien au talent d'Odetta, mais ça lui ajoute du mérite !

      Supprimer