ARCHIVES

vendredi 30 mars 2018

BLONDIE ~ Parallel Lines [Expanded Edition] [1978]


Où comment une petite serveuse de bar (le Max's Kansas City, tout de même), après deux essais peu convaincants au sein de Wind In The Willows puis des Stilletos, parvint définitivement à voler le cœur des adolescents du monde entier... Sur n'importe quelle autre chanteuse, le blond platine, les robes moulantes sans soutien-gorge et les mules à talons hauts auraient fait vulgaires, mais pas sur Debbie - parce que, comme dans la chanson, elle était touchée par la grâce. Deborah Harry : on dirait un nom d'héroïne de polar, le genre à écluser bière sur bière sans jamais se rendre "au petit coin" (les initiés comprendront). En fait, elle naît Angela Tremble (pas mal non plus) avant d'être adoptée à l'âge de trois mois... Ce qui frappa l'auditeur dès le premier single (X-Offender, 1976), c'est cette voix "de sucre d'orge", cet organe de Marilyn new wave, mais la gamine savait également se montrer mordante, quand le besoin s'en faisait sentir. Debbie ne se contentait pas d'un joli petit timbre sexy, c'était et c'est encore une vraie grande chanteuse, capable d'assurer dans tous les registres - et les garçons (ils sont tellement bons qu'ils parviendraient presque à se faire oublier) ne reculaient devant rien : ni le rock cinglant (reprise du Hanging on the telephone des Nerves, conseillé par le président de leur fan club (un certain Jeffrey Lee Pierce)), ni la pop néo sixties (le délectable Sunday girl), ni la "zarbi touch" (Fade away and radiate avec Robert Fripp en invité surprise), ni même une tentative disco (Heart of glass, l'un des rares à se laisser écouter sans envie de régurgitation), sans oublier le bonbon bonus (reprise de T.Rex)... Ce disque ne vieillira jamais.
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]

         

01 - Hanging On The Telephone
02 - One Way Or Another
03 - Picture This
04 - Fade Away And Radiate
05 - Pretty Baby
06 - I Know But I Don't Know
07 - 11.59
08 - Will Anything Happen
09 - Sunday Girl
10 - Heart Of Glass
11 - I'm Gonna Love You Too
12 - Just Go Away
13 - Once I Had A Love [aka 'The Disco Song'] [1978 Version]
14 - Bang A Gong (Get It On) [Live]
15 - I Know But I Don't Know [Live]
16 - Hanging On The Telephone [Live]
MP3 (320 kbps) + artwork


22 commentaires:

  1. Eh oui... on a fondu, on fond et on fondra encore longtemps... je l'ai encore écouté tout récemment ce disque... cette nervosité alliée à cette suavité... les petits seins de Debbie... aaah...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai réécouté au casque hier et ce matin et c'est quand même impressionnant tout le travail vocal qu'elle accompli.

      Supprimer
    2. Bon... pour me calmer, je retourne aux sonates et partitas pour violon seul de Bach...

      Supprimer
    3. Hors sujet, Arewe.. tu as trouvé le lien que je t'ai fait sur J.S. Bach par Andreas Staier? Ou bien tu as des problèmes avec Zippyshare (blacklisté maintenant)

      Supprimer
    4. Oulah, non Devant... ils sont où ?

      Supprimer
    5. Je les ai retrouvés... je fonce dessus ce soir ! Grand merci !

      Supprimer
  2. Je reprends ici une intro sur AMG "Once you've cherished Blondie you never really go back" Je me souviens davantage de PLASTIC LETTERS et de son entêtant "Dennis ouuuu" A te lire, je vois bien que toi aussi tu réponds bien à la définition de AMG. La preuve, le titre disco, est tout ce qu'il y a de disco, habile et sans trop corrompre l'esprit, esprit que tu n'aimes pas, et c'est bien pourquoi je vois que tu "pardonnes" beaucoup à la dame, dans le genre le disco à fait bien davantage... mais sans Deborah.
    En parlant de pardon, je me souviens bien qu'à la sortie de ce disque, les copains et moi furent un peu déconcertés par la pochette du disque, et ceux qui n'aimaient pas trop le groupe était plutôt consternés. Je me souviens qu'il fallait débattre sur la variété des titres, M. Fripp comme caution pour contrebalancer le titre Disco et la pochette marrante mais moche. He oui, nous en avions des soucis à l'époque. Maintenant, en redescendant les titres vite fait, je me dis que c'est encore un p'tain d'album, rien à jeter, variés... La pochette? En avance sur son temps, idéal pour le format CD

    RépondreSupprimer
  3. Est-ce que tu as déjà entendu la version originale de "Denis" ("Denise" par Randy And The Rainbow), pas mal, non plus?
    Je "pardonne" le titre disco, parce qu'il y a un vrai "shuffle" humain et non un simple tchick boom tac à tac, pas parce que c'est Blondie...
    J'ai toujours aimé cette pochette, on dirait du Kasimir Malevitch!

    RépondreSupprimer
  4. "Randy" Je les ai dans une grosse compil Doo Wop, un vrai "Four Season"
    Pour le disco, c'est bien ce que je disais, le nombre de grandes oeuvres, classiques de la musique populaire qui ne font pas "tchick boom tac à tac,"... Tiens pour le frisson je me lance dans les quelques micro secondes qui ouvrent le "stayin alive" cette basse. En + je suis fier d'avoir défendu le disque à la sortie du film, forcément mes copains, snobs... La seule critique recevable c'est le mal, ou plutôt la fin annoncée du funk comme dominante de la musique de danse. Je m'en vais préparer une chronique pour te faire sortir du bois, j'ai un week-end célibataire qui se profile.

    RépondreSupprimer
  5. J’ai eu l’occasion de voir Clem Burke en concert avec une bande de requins qui comprenait Keith streng et Eddie Munoz des Plimsouls. Quel batteur de rock!
    Sur le disque on ne le sent pas trop à cause de la production un peu trop poppy à mon goût.
    Debbie avait déjà 33 ans en 1978 sur la pochette elle ressemble à une cougar accompagnée de ses jeunes lionceaux.
    Sa voix est parfaite et remplit tout l’espace tissé par les lionceaux qui sont tout dévoués à leur maîtresse.
    Enfin elle décroche la timbale avec heart of glass un morceau plutôt club que disco avant de filer rapido réserver une place dans une Ephad de luxe à Miami avec son copain Iggy
    Il parait qu’ils l’ont laissé sortir la semaine dernière avec pappy stein pour remettre le feu aux planches ?
    Duke

    RépondreSupprimer
  6. putain... j'ai rien à dire Oo cette chanteuse (cet album) je ne la comprends pas... je ne dis pas que je n'aime pas, je ne dis pas que je n'écoute pas... mais je suis infoutu de me faire un avis constant dessus. peut-être que finalement c'est de bon augure ce genre de sensation, d'album qui échappe aux définitions... parfois

    RépondreSupprimer
  7. Woaw mes années en Angleterre Back to the past. Sympa.

    RépondreSupprimer
  8. Saturday night fever je l ai vu deux fois de suite à sa sortie et le disco c’etait Fun!
    Fuck the metal et les nihilistes gothiques !
    Put your boogie shoes and
    move your ass off to the funky disco beat.
    Luke le nightclubber

    RépondreSupprimer
  9. La "deluxe collector's edition" (on n'arrête pas le progrès...) avec "Sunday girl" en français...
    http://www1.zippyshare.com/v/qX5PCqyr/file.html

    RépondreSupprimer
  10. Et comme disait le Grand Charles (l'autre) : Debbie de l'eau si beau, Debbie de lait...

    RépondreSupprimer
  11. Yo !
    X-Offender ? Alors là je saute sur l'occasion pour parler du brillantissime Gary Valentine à la carrière plutôt intéressante et qui par ailleurs est né dans la même ville que moi. Voilà, c'est fait.
    J'ai arrêté de m'intéresser à Blondie après cet album mais la trilogie initiale tient une place à part dans ma discographie, Miss Debbie a gagné tout un tas de galons et méritera toujours tout le bien qu'on dira d'elle.
    Bon, ceci-dit, je m'inscris en faux : on peut trouver du monde pour s'habiller comme elle sans être vulgaire, on n'aura pas de garantie sur le talent d'interprète ou de compositeur c'est tout. On n'est pas non plus obligés de leur demander de chanter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais pas que tu étais né dans le New Jersey ! Ils font aussi la foire au jambon la bas ?
      Duduche

      Supprimer
  12. Jimmy, tu es un gredin ! En chroniquant la sublime Debbie, tu étais sûr de faire le plein de suffrages !!!
    Happy Easter from Bodmin

    RépondreSupprimer
  13. Merci , je prend pour les bonus , impatient d'entendre "get it on"

    RépondreSupprimer
  14. Cette belle pochette aux lignes parallèles a longtemps été exposée dans ma discothèque auprès de celle des XTC "White Music". De quoi faire tapisserie...

    RépondreSupprimer