ARCHIVES

mardi 27 mars 2018

THE JOHNNY CLASH PROJECT ~ The Johnny Clash Project [2018]


Un opérateur n'a pas hésité à parler de : "méchante grosse couille dans le potage !" En haut lieu, on préfère évoquer une faille spatio-temporelle... Johnny Cash chantant : I'm so bored with the U.S.A., White riot ou London's burning : tout le monde hurle que c'est impossible et, pourtant, ça pendouille sous notre nez, ça dégouline des enceintes... Les plus vicieux attendent la version de Never mind the Bullocks par Diana Ross & The Supremes ou Rattus norvegicus interprété par le Johnny Burnette Trio, pendant que quelques érudits se replongent dans l'oeuvre de Nostradamus... Pour une fois qu'il se passe quelque chose d'un peu excitant dans cette époque fatiguée, on ne devrait peut-être pas s'en plaindre !
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]

    
01 - Janie Jones
02 - Remote Control
03 - I'm So Bored With The U.S.A.
04 - White Riot
05 - Hate And War
06 - What's My Name
07 - Deny
08 - London's Burning
09 - Career Opportunities
10 - Cheat
11 - Protex Blue
12 - Police And Thieves
13 - 48 Hours
14 - Garageland
MP3 (320 kbps) + front cover


13 commentaires:

  1. Quelle belle initative! J'ai hâte d'écouter ça. Johnny Cash a peut-être repris "I fought the law" un jour non? J'ai pas trouvé mais ça doit exister... Merci Jimmy!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est peut-être pas le genre de disque que l'on va écouter en boucle ni même très souvent; pour autant, c'est un album de qualité, réalisé avec beaucoup de soin et de goût - et qui fait du bien par où il passe le temps de sa durée!

      Supprimer
  2. C'est pas la première fois qu'un disque ou sa pochette me fait fuir jusqu'au jour où je le retrouve dans les parages ... et comme tu as fait une partie du boulot je vais tenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai écrit plus haut, il s'agit d'un vrai bon disque, pas d'un machin kitsch: tu peux y aller!

      Supprimer
    2. J'en reviens, mais c'est très bon çà ! Avec ce délicieux accent italien qui pointe parfois là où on ne l'attend pas ...

      Supprimer
    3. Je ne suis pas expert en accent italien, alors, je vais te faire confiance!

      Supprimer
  3. Encore un coup de Ramon Pipin! AH AH AH il est trop fort.

    Lucien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, même avec la barbe et une perruque, tu l'as reconnu!

      Supprimer
  4. Bouh je vais jouer le trouble-fête mais ça m'agace. La récupération du Johnny par Rick Rubin, c'est de la foutaise. Je m'explique : en pleine gloire tardive, au Glastonbury Festival en je ne sais plus quelle année le vieux Johnny semblait ne pas avoir compris DU TOUT le pourquoi du comment il était là : vieux solo pourri d'harmonica sur "Orange Blossom Special", invitation de June Carter, bref, que du caricatural. Non, Johnny Cash n'en a jamais rien eu à faire de Nick Cave, Trent Reznor et les autres. On lui aurait foutu une plume dans le cul à chanter les Schtroumpfs pour Walt Disney il l'aurait fait tout pareil. Juste rien à carrer. Je suis ce que je suis and that's what you get. Et c'est ça qui est énorme, pas son ravalement de façade...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre ta position, sauf qu'en ce qui concerne ce disque, tu es un tantinet hors sujet.

      Supprimer
    2. Oui et non : ce Johnny Clash project surfe quand même sur l'imaginaire d'un Johnny qui a, un jour, écouté Nine Inch Nails et Soundgarden, non ?
      Bof quelle importance au final. Belle découverte. Je serais pas contre un peu de jazz, j'ai besoin de découvertes dans ce créneau-là...
      Bises

      Supprimer
  5. Un grand MERCI pour cette découverte!
    Amicales salutations - Nenest

    RépondreSupprimer