ARCHIVES

jeudi 19 octobre 2017

P.P. ARNOLD ~ The Turning Tide [2017]


Grosse affaire, très grosse affaire... Maintenant que tout (ou presque) a été réédité sous les formes les plus diverses et variées, des labels plus finauds que la moyenne n'hésitent plus à descendre dans la Grande Crypte Secrète des Trésors Oubliés. Quelques semaines après le chef-d'oeuvre inédit de Dion, on nous propose carrément un album de Patricia Ann Cole, déesse mieux connue sous le nom de P.P. Arnold... Je suis resté évanoui quelques heures rien qu'en voyant la pochette ! Patricia fut élevée à la meilleure (quoique difficile) école, celle des Ikettes du couple Turner. En tournée anglaise avec le duo sulfureux, elle décida de demeurer à Londres dans l'espoir de se lancer en solo. Aussitôt, Mick Jagger la pris sous son aile et la présenta à Andrew Long Oldham, manager des Stones et grand manitou du label Immediate qui signa la belle... immédiatement ! Elle devint copine avec les Small Faces et Chris Farlowe (ce qui démontre son absolu bon goût !) et éclaboussa l'univers avec deux albums d'une classe folle. Las, le monde est cruel, les hommes sont sourds et Immediate connaissait des problèmes financiers... Bientôt, on ne retrouvera son nom qu'écrit en tout petit sur les pochettes des autres (Humble Pie, Nick Drake, Dr. John...). Ce Turning tide échappé du néant m'a expédié dans des sphères émotionnelles rares. Patricia ne tombe jamais dans le "trop" : jamais trop chatte, jamais trop tigresse, jamais trop soyeuse, jamais tout ce que vous voudrez ! Elle est la grande voix soul hyper sexy, naturelle et innocente qui vous pressure le cœur même quand vous n'en pouvez plus ! You can't always get what you want de qui vous savez arrive à son terme, je crois que je ne vais pas pouvoir m'empêcher d'appuyer sur la touche repeat. Je vous souhaite bien du plaisir !
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]     


01 - Medicated Goo
02 - Born
03 - If This Were My World
04 - High And Windy Mountain
05 - Spinning Wheel
06 - Bury Me Down By The River
07 - Children Of The Last War
08 - Brand New Day
09 - The Turning Tide
10 - You've Made Me So Very Happy
11 - Give A Hand Take A Hand
12 - Happiness
13 - You Can't Always Get What You Want
MP3 (320 kbps) + front cover
COOL 68


15 commentaires:

  1. Rine que pour le "You Can't Always Get…" ça vaut le déplacement !

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Vé la Pitchoune... Si le ramage est aussi beau que le plumage (c'est sexiste ça comme remarque ?). Vendu comme ça, impossible de résister !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reconnaître la beauté quand on la voit n'a rien de sexiste.

      Supprimer
  4. bon ben comme Keith... rien que pour "you can't always get..." ^^ ça mérite d'arrêter tout ce que vous faites et de vous y mettre... et pis faisez rien d'autre en même temps hein... ça s'écoute avec la concentration dû au bonheur!
    George Lucas à toi JJ (ça faisait longtemps que je l'avais pas faite celle-ci ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire autre chose en même temps, ce serait prendre le risque de casser toute la vaisselle ou d'aspirer le chat!

      Supprimer
  5. Malgré le rythme, malgré le growl, il y a dans cette voix une forme de fragilité qui la rend irrésistiblement touchante. D'ailleurs là, tel que vous me voyez, je craque complètement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La forme de fragilité dont tu parles, j'ai appelé cela l'innocence, mais je sais que nous nous sommes compris!

      Supprimer
  6. Quand j'ai vu passer ce truc je me suis parié à moi-même que ça intéresserait un certain Jimmy de mes connaissances ... du coup j'ai gagné (et perdu, forcément)
    Maintenant je peux l'écouter tranquille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une jolie fille qui chante divinement et qui était copine avec les Small Faces, tu parles que ça m’intéresse !

      Supprimer
  7. Encore un excellent choix. Merci !
    De belles photos et pochettes de disques sur sixties beat :https://beatsixties.blogspot.fr/search/label/P.P%20Arnold

    RépondreSupprimer
  8. obliger d'craquer quand je vois la poupoune, ce ike turner quand même, quel homme de goût lui aussi. marci

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Jimmy
    Merci pour cette perle. Je profite de cet espace (désolé je ne sais pas comment faire autrement) pour te demander si tu peux me redonner le moyen de me connecter sur LapsikedeliKmusic. Mon ordinateur m'a planté et j'ai perdu tous mes favoris et mes codes d'accès
    D'avance merci (pour ton blog aussi qui est super)
    64magic

    RépondreSupprimer
  10. J'ai oublié de mettre mon mail : larco@magic.fr
    merci

    RépondreSupprimer