ARCHIVES

mardi 28 novembre 2017

JOHNNY THUNDERS & THE HEARTBREAKERS ~ L.A.M.F. The Lost '77 Mixes [40th Anniversary Remastered] [1977]


Le voici remasterisé de frais et on ne va pas faire semblant d'avoir envie de le réécouter pour la énième fois... Certains fouilleurs de crottes de nez n'hésitent pas à dire que la cote de Johnny Thunders est surévaluée : voila qui est croquignolet ! Les deux premiers New York Dolls (quoiqu'on pense de leur production), ce Like a mother fucker, So Alone, Hurt me, sans oublier le délicieux Copy cats enregistré avec Patti Palladin... J'en connais qui tueraient toute leur famille et l'ensemble du voisinage pour avoir une telle discographie !... Un album pareil mériterait un livre à lui seul pour conter le changement de nom, le bassiste démissionnaire (une spécialité de Richard Hell), les différents mixes, le batteur overdosant dans la baignoire, Londres à feu et à sang (avec la vente de seringues multipliée par cent car tout n'est pas forcément glamour dans cette histoire), les looks de dandies décharnés et, surtout, cette ribambelle de chansons qui, mieux que des tubes, sont toutes des hymnes à apprendre par cœur. Ce disque mérite le plus beau des compliments : il donnait envie de fonder un groupe... Je l'ai réécouté, ce matin, sur le chemin du boulot, et j'ai pleuré de joie, tout seul dans mon coin, sur le quai de la gare de Juvisy ! Ah, cette rythmique qui pousse vers les derniers retranchements sans jamais bourriner; ces guitares (refusant les trop faciles effets mitraillettes) qui saignent les étoiles à blanc; cette voix de voyou séducteur tellement sexy... Sous les riffs vicieux (et c'est l'un des immenses tours de passe passe de ce chef-d'oeuvre), on peut entendre l'écho magique des mantras fifties, du maximum rhythm'n'blues, du doo wop, des girls groups... C'est un condensé parfait de rock'n'roll joué avec une rage et une émotion futuristes ! On a rarement fait aussi magnifique.
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]                   


01 - Born To Lose
02 - Baby Talk
03 - All By Myself
04 - I Wanna Be Loved
05 - It's Not Enough
06 - Chinese Rocks
07 - Get Off The Phone
08 - Pirate Love
09 - One Track Mind
10 - I Love You
11 - Goin' Steady
12 - Let Go
13 - Can't Keep My Eyes On You
14 - Do You Love Me
MP3 (320 kbps) + front cover


19 commentaires:

  1. Je suis pas loin de penser comme toi. Ces quelques disques, c'est bourrés d'idées et d'énergie. Il y en a des plus malins et moins talentueux qui ont su quoi faire des idées, je pense à des "Lord Of The New Church"
    Le "So Alone" m'avait bien claqué. Il n'y avait pas que Syl Sylvain à savoir faire de la ritournelle pop.
    Il Y a peu je m'étais regardé "Mona Et Moi" qui a pris une belle patine. Comme dans le disque, la dose de déglingue qu'on cherchait ado histoire de se la raconter, nous pensions nos vies rangées ennuyeuses...
    Au passage, un que je n'ai jamais bien éccouté de la bande c'est David Johansen... Faudrait que je m'y mette.
    Si j'y pense je vais télécharger et me faire une idée de l'intérêt des remaster... à suivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. David Johansen est moins marquant, mais tu devrais au moins t'offrir une bonne compile...

      Supprimer
  2. Qu'ajouter à ton discours (que j'aurais bien aimé écrire) Jimmy ? Mythique, forcément mythique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la réécoute, on découvre toujours mille "détails" qui viennent se glisser entre les riffs vicieux et je trouve ça passionnant.

      Supprimer
  3. Je crois que rien que le mix de cet album mériterait un livre, car j'ai cru comprendre qu'il en existait plusieurs différents qui ont circulé plus ou moins en même temps.

    Je n'adhère pour ma part pas trop au mythe romantique de Johnny Thunders, ni dans cet idéal rock'n roll qu'il a cherché à incarner. Un junkie reste un junkie et il n'y a rien de romantique ni dans sa vie ni dans sa fréquentation. Cela dit, comme le dit Jimmy, il aura eu le temps (et la lucidité?) d'écrire des disques qui oscille entre le réjouissant et le touchant. Celui-là encore plus que les autres.

    Et puis, il a écrit You can't put your arms around a memory, et il faut plus que du talent pour ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai signalé dans mon billet, il existe, en effet, plusieurs mixes (le tout, comme indiqué par un de nos amis dans un commentaire a paru dans un coffret, il y a une poignée d'années). Je n'ai jamais été dans la glorification de la drogue. Je pense que beaucoup d'artistes ont plus créés malgré elle que grâce à elle, mais certains semblaient en avoir besoin. Quand on connait bien les goûts de Thunders, on se rend compte qu'il était loin du gros cliché sex'n'drugs & rock'n'roll...

      Supprimer
  4. Ben ouais, le talent, la classe, tout ça, on n'a quand même jamais trouvé mieux, et ce quel que soit le producteur ... 14 hymnes : c'est exactement ça, moi cet album me donne envie de chanter avant tout, c'est con hein.
    Quant à la déglingue elle m'a souvent bien plus inspiré colère et regrets qu'autre chose.
    J'avais déjà ce '77 Mix mais pas le texte qui l'accompagne ici, thanx JJ !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hésité à le poster sachant que tout le monde est sensé connaître tout ça par cœur, mais, à la réécoute, je n'ai pu m'en empêcher.

      Supprimer
  5. Bravo, magnifique texte pour album qui le mérite bien. Ness

    RépondreSupprimer
  6. Ah nan hein.. je ferai pas un billet sur J.Thunder, me remets doucement des Dü vais tout de même pas replonger et sauter dans la fosse ... ceci dit j'aime bien "crotte de nez croquignolette" ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prend "Hurt me", c'est tout en acoustique!

      Supprimer
  7. Superbe disque. Et "So alone" n'est pas mal non plus.
    Mais en 2012 était sorti la Box Set 4 CD "L.A.M.F. Definitive Edition", que vont-ils pouvoir nous vendre pour 2027 ?
    Jean-Paul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, il n'y a rien de bien nouveau, c'est pour ça que je ne me suis pas attardé sur la remasterisation.

      Supprimer
  8. Alors là, ce billet avec les tripes et le cœur à la fois! Une véritable déclaration d'amour sans forcer le trait, presque en douceur, 40 ans après. Moi aussi j'ai aimé ce disque, sans modération. Du "chaos" punk sont nées bien des étoiles, sur des bases pourtant pas forcément stables ni saines (dans le sens recommandable). Une leçon d'énergie. Hé, les jeunes, vous faites quoi? La morosité, c'est pas une fatalité...
    Et dire qu'il n'a pas fallu attendre bien longtemps avant le "Eternally yours" des Saints. Une époque formidable, je vous dis.
    Gil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certaines époques proposaient davantage chaque semaine que d'autres sur plusieurs années, mais, en cherchant un peu, on trouve quelques jeunots qui assurent!

      Supprimer
  9. Johnny Thunders était un mother fucker ! Snif !

    RépondreSupprimer
  10. Mythique, indispensable, personne ne peut dire qu'il connaît le rock s'il ne connaît pas LAMF... "So alone" est un bon album. "So alone" la chanson a des versions qui peuvent faire chialer...RIP Johnny Genzale!

    RépondreSupprimer