ARCHIVES

lundi 8 janvier 2018

PHILIPPE DEBARGE WITH THE PRETTY THINGS ~ Rock St. Trop [1969]


Attention, grosse affaire... Je mis longtemps avant d'entendre le vieil adage : "Tout ce qui est rare n'est pas forcément précieux." Je ne pourrais compter les machins presque introuvables, et donc hors de prix, qui me firent fantasmer avant de me faire lâcher un maigre : "mouais...", une fois l'objet réédité. Ici, l'affaire est tout autre. Philippe Debarge (le bien nommé !) était un fils à papa plein aux as (il paraît que cela arrive à des gens très bien). Un jour, plutôt que de s'acheter une nouvelle bagnole de collection ou autre babiole de cet acabit, il décida de s'offrir l'enregistrement d'un album en compagnie des Pretty Things ! Il invita donc Phil May et Wally Waller à venir trouver l'inspiration à Saint-Tropez. Les mecs auraient pu se contenter de ramasser la maille et de peloter des jeunes filles en bikini, mais la suite prouva que le séjour leur fit fort profitable. Or donc, quelques semaines plus tard, tout ce beau monde se retrouva au studio Nova de Londres, fraîchement équipé d'un magnétophone huit pistes (le nec plus ultra de l'époque) et de quantité d'instruments du dernier cri achetés grâce au carnet de chèques plantureux du gars Philippe. Le Debarge possédait une voix un tantinet fluette, mais non dénuée de charme et, comme chacun sait, dans leurs meilleurs jours, les Pretties étaient capables d'en remontrer aux plus grands. Ici, sous un déluge de guitares acoustiques et électriques, ils multiplient les miracles comme à la parade ! Pour des raisons inconnues de nos services, ce chef-d'oeuvre insensé va demeurer enfermé dans un carton jusqu'à sa parution en 2008. Enregistré entre les géniaux S.F Sorrow et Parachute, ce Rock St. Trop est guère moins extraordinaire. Je crois qu'on peut difficilement trouver plus beau compliment. 
Jimmy JIMI [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]    


01 - Hello, How Do You Do
02 - You Might Even Say
03 - Alexander
04 - Send You With Loving
05 - You're Running You And Me
06 - Peace
07 - Eagles Son
08 - Graves Of Grey
09 - New Day
10 - It'll Never Be Me
11 - I'm Checking Out
12 - All Gone Now
13 - Monsieur Rock (Ballad Of Philippe) [Bonus Track]
14 - Lover [Bonus Track]
15 - Silver Stars [Bonus Track]
MP3 (320 kbps) + artwork


  

29 commentaires:

  1. Merci Jimmy.
    Je m'étais offert le cd en 2009 avec une autre pochette et sans les bonus....je (re)prends donc avec plaisir.
    Bel album

    RépondreSupprimer
  2. Je trouve que la pochette n'est pas du tout représentative du disque, et elle risque de faire fuir certains, alors que le disque est exceptionnel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, la pochette...Est-ce que la jeune femme blonde et le monsieur à rouflaquettes et pull rayé sont présents sur le disque ou seulement sur la pochette ?

      Les caprices de gosses de riche sont souvent hallucinants mais là c'est le pompon quand même.

      Supprimer
    2. Jojo et Bébé apparaissent uniquement sur la pochette. De mémoire, Supertramp fut également fondé sur les désirs d'un friqué, mais c'est une autre histoire, et elle est beaucoup moins intéressante à tous les niveaux.

      Supprimer
    3. Il faut absolument que tu l'écoutes car il est vraiment très bon au niveau des compos comme de l'interprétation, avec une belle originalité.

      Supprimer
    4. On peut apprécier (ou non) le son supertramp (j'ai du mal à m'en décoller, mais c'est parce que j'ai grandi avec) en revanche, je trouve que le premier est sympa, les mélodies sont intéressantes et le son du guitariste dépote pas mal. Pour en revenir à l'album de Debarge, c'est vrai que la pochette fait fuir, on se dit "mon dieu un truc yéyé horripilant nous ventant les mérites de st-trop au premier degrés" et puis... non pas du tout, c'est effectivement plus que sympa ! je l'ai écouté d'une oreille rapide (et en sortant d'un zappa, c'est dire) mais je vais y revenir sous peu :)

      Supprimer
    5. La pochette du vinyl de 2009 est beaucoup plus jolie mais foin de bonus!
      le Duke

      Supprimer
    6. Qu'est-ce qui m'a pris d'évoquer Supertramp?!

      Supprimer
    7. C'est qui Supertramp ?

      Je vais l'écouter c'est sûr. Ma question sur la pochette était purement formelle, je te fais confiance. Et puis je ne déteste pas entendre BB [de cette période of course] de temps en temps.

      Supprimer
    8. Moi aussi, j'aimais beaucoup Bardot de son vivant!

      Supprimer
  3. Comme Echiré, j'ai la version de 2009.
    La pochette était totalement différente avec les Pretty Things en photo.
    Mais il manquait les deux derniers titres. Donc je prends aussi.
    Jean-Paul

    RépondreSupprimer
  4. L'histoire est assez (de)barge pour titiller ma curiosité.
    De mon côté, je suis en tarin d'économiser pour enregistrer un disque avec les Stones !!! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. … lire "en train" au lieu de "en tarin"… qui ne veut absolument rien dire !!!

      Supprimer
    2. Je suis prêt à payer cher une copie dédicacée (par toi, pas tes accompagnants)

      Supprimer
    3. Dépêche-toi tant qu'ils sont encore de ce monde...

      Supprimer
  5. J’ai vu apparaître ce truc ces derniers jours et j’ai un peu trippé.
    Le souvenir est vague mais quand j’avais 14-15 ans ce mec traînait à la plage que je fréquentais, c’était un véritable connard poseur dopé et affublé des pires défauts que peut parfois conférer leur statut à ceux qui y (ou s’y) croient plus que de raison. A vomir. En tout cas dans mon souvenir d'ado.
    Y avait un morceau de lui qui passait en boite (au moins certaine boîte où j’entrais en douce avant l’âge...), ça s’appelait ‘’La Traction’’ ou un truc comme ça.
    Je connaissais pas l’histoire avec les Pretty Things, pas plus que les Pretty Things à l’époque d’ailleurs.
    Sans jugement aucun c’est physiquement qu’un drôle de ressenti m’a empêché d’écouter ce machin. A la lecture de nombre d’avis je veux bien croire toutefois qu’il y a quelque chose…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Euh j'ai jamais foutu les pieds à St Trop hein, c'est lui qui avait changé de zone où traîner ses guêtres...)

      Supprimer
    2. Il est décédé depuis, c'est peut-être le moment de lui pardonner, on juge vite quand on a 15 ans...

      Supprimer
  6. Arrêtez de déconner et écoutez moi ce bijou! c'est un album INDISPENSABLE pour tous les fans des PRETTIES qui vont enregistrer à la suite leur meilleur album (PARACHUTE) avec le line up POVEY ALAN MAY WALLER UNITT.
    Une pépite on vous dit!
    A écouter également pour les FANS les sessions ELECTRIC BANANAS qui datent de la même époque
    Merci JIMMY
    Le DUC

    RépondreSupprimer
  7. Mais où diable les compagnies de disques avaient (et ont encore) la tête pour laisser trainer de telles choses? Je n'ai pas encore écouté, mais l'histoire est belle (et les références aussi).

    Throw them to the lions! (Petit défi: qui trouvera la citation de chanson?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas bien le rapport avec "Throw..." (une chanson de Siouxsie si ma mémoire est bonne)...

      Supprimer
    2. C'était Iggy Pop (sur Amercian Ceaser, pas son meilleur on est d'accord). Et ma phrase faisait allusion aux maisons de disques et leur éternel cynisme à propos des fans de musique

      Supprimer
  8. Yeeeep ! Voilà un disque plutôt "sauvage" à écouter à fond ! On en ressort avec des acouphènes... mais c'est si bon !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, il y a un peu d'acoustique pour laisser reposer nos vieilles esgourdes!

      Supprimer
  9. J'ai pris au pied de la lettre les conseils de DUKE, alternance entre SF et PARACHUTE. Ces PRETTY THINGS ce ne sont que malentendus. En 74 achat de SILK TORPEDO et donc bof bof. Mis de côté tant la déception fut grande. Ensuite vint mes lectures 30 ans plus tard pour lire que les PRETTY fut un groupe sauvage inspirant les STOOGES, ha bon? Et je tombe su SF encore un malentendu, comparé à TOMMY et ORACLE? Non seulement ce n'est plus leur période sauvage mais je n'ai pas réussi à entrer dans la finesse de cet album, juste sympa mais pas rejoins les adorateurs. Mais voici le disque que tu proposes, et va comprendre, celui ci et PARACHUTE (négligé par moi) c'est pas encore la grande histoire d'amour mais enfin un vrai début de plaisir d'écoute. Décontracté, rock et talentueux.
    Pour l'arrivée tardive de l'album pour le public, un peu comme le portraite EWG, le DEBARGE avait l'intention de faire écouter ça à ses amis sans volonté de diffusion. C'est depuis peu que les droit ont changés de mains. Me reste plus qu'à chercher un jour la période sauvage et j'aurai fait le tour (le batteur a influencé Keith Moon pour son jeu foutraque... Je vais chercher des vidéos des débuts 60's)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu cherches les disques, n'hésite pas à me faire signe...

      Supprimer
  10. Apres ce LP, Philippe Débarge a monté un autre groupe en 1975 avec Wally Waller : Il Barritz. Un LP au compteur. Ce n'était pas un grand album, mais cela s'écoutait bien. J'aimais bien un titre "L'estafetteur"...
    Jean-Paul

    RépondreSupprimer