ARCHIVES

mercredi 11 septembre 2019

Mot à mot sur la bouche [Feuilleton par Jimmy Jimi] # 7



  

   Je l’avoue, après l’improbable disparition de Madeleine, je crains de trouver l’après-midi un tantinet long et monotone. C’est oublier un peu rapidement le caractère pour le moins facétieux de mon créateur. Le voilà qui ouvre une caisse volumineuse et se met aussitôt à danser la Saint-Guy tout en vitupérant dans un dialecte maudit ! Son tintamarre et ses contorsions ameutent l’ensemble de ses collègues, sa responsable, le personnel de ménage, les livreurs de passage. Tous accourent au plus vite dans l’espoir de sauver le malheureux d'on ne sait trop quel danger imminent. Ils le trouvent toujours gesticulant tel un pantin dégingandé atteint du haut mal et brandissant un ouvrage à la manière d’un prédicateur fou ! C’est terrible comme il s’offre en spectacle. Certains s’en émeuvent, mais ça ricane et ça glousse aussi beaucoup devant l’affreuse pantomime : « Cette fois, il a perdu toutes ses dernières billes ! Il fuit sévère de la cafetière ! Il est en train de tourner loufoque total ! » Chacun y va de sa charmante petite image. Pour ajouter au grotesque, il se remet à tonitruer de plus belle : « Le Livre de l’intranquillité ! Le Livre de l’intranquillité ! Le Livre de l’intranquillité ! », comme ça, encore et encore, de plus en plus fort, mille et une fois… « Le Livre de l’intranquillité, plus personne n’en a cure, plus un lecteur ne désire se pâmer devant les pages sublimes du génial Fernando Pessoa ! [Il force sur l’accent portugais telle une diva d’opérette.] C’est trop triste, trop bouleversant pour notre époque où seul compte le divertissement à tout prix… Regardez, mais observez donc par vous-mêmes, toutes les bibliothèques nous ont renvoyé leur exemplaire ! » La responsable enjoint calmement le personnel à se disperser et à se remettre au travail.
   « Mais qu’est-ce qui vous arrive, Jérémy ? Je suis surprise que quelqu’un comme vous ne soit pas encore au courant : Le Livre de l’intranquillité a été réédité, il y a de cela plusieurs mois, chez Christian Bourgois, renommé en : Livre(s) de l’inquiétude et magnifiquement retraduit par Teresa Rita Lopes, la grande spécialiste de Pessoa, laquelle a ajouté le chapitre d’un hétéronyme supplémentaire, le baron de Teive, selon le souhait de l’auteur. Vous n’allez pas vous insurger devant une nouvelle traduction, vous qui m’avez vanté avec tellement de passion le superbe travail d’André Markowicz pour Dostoïevski. »
   Le plafond lui serait tombé sur le crâne que mon pauvre luron n’en souffrirait pas davantage. Il cache ses larmes dans une poche secrète. Il voudrait s’y blottir tout entier avec sa honte extrême et son infinie détresse. Une phrase (« Vous devriez peut-être penser à consulter un ami, un psychiatre, un prêtre, un marabout ou un exorciseur ! ») glisse sur la langue de la responsable, mais elle la retient bien serrée entre ses dents. Longtemps, ces deux-là se regardent, interdits, jusqu’à ce que Jérémy s’en retourne, la tête basse et le moral en berne, vers quelque rayonnage, abandonnant la caisse et son contenu suranné.
   Pareil olibrius ne tarde guère à se dénicher de nouvelles marottes. Bientôt, une seule pensée vient supplanter toutes les autres : quand pourra-t-il faire connaissance avec ce baron de Teive ?! « Avec ces fichues grèves, ce sera difficile de trouver une librairie encore ouverte. Je pourrais demander à partir plus tôt mais, après cet esclandre, ce n’est peut-être pas très indiqué. Le baron de Teive, en voilà un nom qui sonne majestueusement ! Quels étaient les autres, déjà ? Ah, oui, bien sûr : Vicente Guedes et Bernardo Soares, ces vieux frères ! » Je vous en passe et de plus loufoques qui tournicotent dans son ciboulot, le tout entrecoupé d’extraits de poèmes et de charabias majeurs ! Chez quel fantasque maniaque suis-je donc tombé ? Voilà qui m’en promet de jolies si seulement il pense un jour à revenir vers moi ! Je prendrais volontiers un ou deux comprimés de paracétamol et un peu de baume pour le cœur !
   En provenance des étagères, je perçois d’étranges ondes et il me semble discerner un chuchotis : « Eh oui, mon cher, nul n’est à l’abri, même les plus grands chefs-d’œuvre peuvent subir l’infamie (je sais un peu trop bien de quoi je parle). Ô, maudites campagnes de rééditions ! Ceux-là ne sont pas près de revoir une paire d’yeux, je peux vous l’assurer. Pour eux, à l’évidence, cela sent le feu de cheminée. Au mieux, ils brûleront devant une douce demoiselle qui lira les pages d’un copain tout en réchauffant ses mignons orteils devant l’âtre. Si l’on veut absolument se montrer optimiste, un exemplaire sera peut-être sauvé par un irréductible nostalgique, mais, personnellement, j’ai décidé de faire une croix définitive sur ce genre de philosophie, cela engendre trop de désenchantements… »
   La pause-café me sauve de ce déprimant bavardage. Peu désireux de retrouver ses collègues moqueurs, Jérémy va se terrer dans un recoin pour vapoter à l’abri des regards. Ses pensées se sont amollies, je le sens soudain très las, de tout comme du reste. Il époussète le bas d’une vieille étagère branlante avec un mouchoir en papier et s’allonge péniblement, tel un animal blessé. La pluie joue du clapotis sur la tôle, elle le berce comme une illusion. Le fantôme de Madeleine glisse lentement sous ses yeux à demi éteints, à portée de songe, mais il n’a plus la force de lui tendre la main. Un vers célèbre essaye de se former au milieu des nuages avant de se disloquer en perdant ses mots un à un. Il pousse un soupir de trois tonnes et se relève en chancelant. Il tente de siffloter un air qui ne veut pas se laisser toucher.
   « Ah, Jérémy, lance la responsable, je vous cherchais ; je ne vous ai pas vu à la pause avec votre calumet !
    – J’avais besoin de m’isoler un moment.
  – Bien sûr… Nous évoquions, tout à l’heure, ce cher Dostoïevski et, justement, j’ai cette petite cousine qui souhaiterait effectuer le grand saut. Je me demande si elle n’est pas encore un peu jeune, mais elle semble vraiment avoir la fibre. [Si vous tenez à connaître mon sentiment, je pense qu’il n’existe pas plus de cousine que d’éléphants en pyjama à pois roses en train de faire de la balançoire sous les grands baobabs ! Seulement, cette femme, cela se sent tout de suite, possède un grand cœur, et elle sait ruser pour remonter le moral de notre héros.]
   – Et qu’est-ce que vous attendez de moi ?
   – Eh bien, Jérémy, ici, sans sombrer dans la flatterie, vous êtes un peu notre expert dostoïevskien ! Je me posais la sempiternelle question : par quel chef-d’œuvre commencer : Crime et châtiment, L’Idiot, Les Démons, Les Frères Karamazov ? Je pensais aussi à : Humiliés et offensés, on a souvent tendance à l’oublier, celui-ci, et, pourtant, je le trouve merveilleux…
   – Je crois que c’est l’un de mes préférés ; remarquez, quand on plane à des hauteurs pareilles, ça devient un peu vain voire ridicule de vouloir parler de préférence : à chaque fois que j’en relis un, je suis persuadé que c’est mon préféré ! [Attendez ! Surtout, ne bougez pas ! J’ai comme l’impression que vous ne vous rendez pas tout à fait compte. Ce point d’exclamation, ce n’est pas rien ; en tout cas, ce n’est pas juste un simple point d’exclamation : c’est le premier sourire de Jérémy en cet après-midi particulièrement brumeux…]
   – Il me semble que nous sommes retournés à notre point de départ.
   – Non, peut-être pas. En fait, pour débuter et ne pas effaroucher de jeunes yeux délicats, il me semble que quelque chose de moins volumineux serait préférable. Je pencherais donc plus volontiers vers : Le Joueur, je pense que c’est une excellente entrée en matière. Ensuite, si ça lui plaît – et comment cela pourrait-il ne pas lui plaire ?! –, elle pourra toujours se jeter tête la première sur le pavé de son choix ! » 
 

18 commentaires:

  1. Une petite faute d'orthographe Jimmy... "vAnter"... ne pas laisser cette (toute) petite scorie déparer un tant soit peu un si beau texte.
    "Le livre de l'intranquillité" m'a accompagné en Italie cet été pour une nouvelle lecture entamée à petite dose, car ce livre est un lent poison, une bombe à retardement... le miroir aussi que je me tends... enfin celui d'un de mes moi ("Je suis l’intervalle entre ce que je suis et ce que je ne suis pas, entre ce que je rêve et ce que la vie a fait de moi).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne fais jamais de faute d'orthographe, il s'agit toujours de coquilles!
      Merci pour le compliment.
      En effet, il vaut mieux le lire lentement, il est tellement triste (mais si beau)...

      Supprimer
    2. Saperlipopette! Il n'y avait pas que le "a" qui n'allait pas, mais la terminaison également ("er" au lieu de "é"!): la prochaine fois que tu me corriges une faute, essaye au moins de faire le boulot jusqu'au bout!

      Supprimer
    3. C'est d'une densité folle et ça surtout ça vous remue en dedans...à pratiquer absolument, mais avec parcimonie... comme l'absinthe du temps d'avant.

      Supprimer
    4. Je crois que je préfère les poèmes, légèrement moins déprimants!

      Supprimer
  2. Je le relis dans l'édition "ancienne" de Christian Bourgeois, qui reste très certainement tout à fait valable. La nouvelle édition fait d'ailleurs débat, semble t'il (voir sur Amazon par exemple)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ancienne édition est forcément encore "valable" (même s'il se murmure que toutes les bibliothèques ont renvoyé leur exemplaire!), mais elle ne contient pas le superbe texte du nouvel hétéronyme. Sinon, quoique l'on dise, quoique l'on fasse, il y a toujours débat, surtout aujourd'hui, à l'heure des réseaux sociaux.

      Supprimer
  3. ... d'on ne sait trop quel danger... (et non pas "dont"). Autre petite coquille 😥
    La jolie Madeleine me manque déjà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la coquille!
      Pour contenter l'adage, il va falloir que j'en invente dix autres!

      Supprimer
  4. Allez, une autre coquille: à porté de songe

    L'histoire a un peu de mal à repartir sans Madeleine, effectivement. Cela dit l'interlude Pessoa fonctionne tout à fait et permet effectivement de compléter le tableau du petit monde de l'édition et des bibliothèques. Et pour tout te dire, cela donne même envie de lire tous ces textes, et c'est là la grande réussit de ce chapitre, à mon sens (outre les trouvailles poético-lyriques dont tu es coutumier qui sont toujours un régal à lire).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette autre coquille!
      Personnellement, je ne dirais pas que ç'a du mal à repartir; c'est comme pour la musique, ça ne peut pas "bourriner" tout le temps, il faut des pleins et des déliés...
      J'essaye, en effet, de trouver des angles différents pour aborder la passion littéraire du personnage principal.
      Merci pour les compliments. J'avoue que sur ce passage, je suis assez fier d'une poignée de trouvailles, dont certaines ne sautent pas forcément aux yeux.

      Supprimer
  5. Nous n'en sommes pas au premier chapitre de ce roman, loin de là, mais à chaque fois, je me laisse encore surprendre par cette double narration : le livre qui parle à la première personne, et Jérémy, qui parle lui aussi, à sa façon, à la troisième personne. C'est toute l'originalité de ton récit, Jimmy, du point de vue stylistique.

    Sur le fond, maintenant. Tu sais que je n'aime pas parler du fond, car je considère que ce doit être le domaine réservé de l'auteur. Une longue digression sur Pessoa. Il y a beaucoup à dire sur cette nouvelle traduction, du moins sur le nouveau titre, car je n'ai pas encore eu le courage de me lancer dans la lecture de ce grand auteur. Alors juste un mot: pour moi, "intranquillité" était une meilleure traduction du portugais original "desassossego". Mais ne parlant pas portugais, je ne suis pas le mieux placé pour être affirmatif. Je le lis comme un mot espagnol, ce qui est certainement réducteur. Je peux toutefois affirmer une chose: avoir fait disparaître Madelaine, voilà une fabuleuse illustration du "desassossego".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh, si, nous sommes dans le premier chapitre!
      C'est bien que tu sois encore étonné, ça prouve que c'est une vraie surprise et pas simplement une sorte de petite coquetterie.
      Pour en avoir parlé avec une collègue portugaise, j'ai l'impression que le terme est difficilement traduisible. "Desassossego" désignerait une forme d'instabilité, comme celle d'un enfant qui ne parviendrait pas à tenir en place. Moi, je le comprends dans le sens où l'auteur (on devrait même dire les auteurs) ne parvient pas à trouver sa place dans le monde...

      Supprimer
  6. Moi j'apprends toujours des trucs en te lisant, et je ne fais jamais de coquilles. Que des couilles.
    C'est plus difficile à rattraper.

    RépondreSupprimer
  7. Je pense parfois à ce qu’il serait advenu si notre bon Marcel avait entamé sa « Recherche » par « Longtemps je me suis douché de bonne heure » au lieu de « Longtemps je me suis couché de bonne heure » … Pour une seule petite lettre, la face de la littérature en eût peut-être été changée…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne crois pas si bien écrire! Si ma mémoire est bonne, dans sa toute première version, Proust avait écrit: "Longtemps, je me suis levé de bonne heure" - et qui dit levé, dit douche!

      Supprimer