ARCHIVES

lundi 30 avril 2018

SONIDO GALLO NEGRO ~ Cumbia Cósmico [HMC 2018]



Sonido Gallo Negro est un orchestre de neuf musiciens de la ville de Mexico spécialisé dans la cumbia. Je déjà évoqué ce style musical très populaire dans toute l'Amérique latine. Concernant Sonido Gallo Negro, on parle volontiers de cumbia progressive, psychédélique, voire d'electro-cumbia, ce qui est très exagéré, l'electro-cumbia étant beaucoup plus proche du reggaeton que de la musique que nous allons découvrir ici. La légende de Sonido Gallo Negro s'est construite sur l'ambiance très particulière de ses concerts (certains ont pu parler "d'expérience mystique"). Une étrange atmosphère basée sur une semi-pénombre, une mise en scène et un son très spécial dû à une instrumentation atypique : une guitare surf, une basse, une guitare rythmique, de trois à cinq percussionnistes, pas de batteur, deux claviers dont un Farfisa, un vibraphone, un flûtiste et un thérémine. Si d'ordinaire, le rythme de la cumbia est déjà assez obsédant, avec Sonido Gallo Negro, il devient carrément hypnotique. Pendant tout le concert, le graphiste argentin Dr Alderete dessine sur une tablette graphique et projette ses créations animées sur un écran géant. Au fil des années, Sonido Gallo Negro s'est constitué un public fidèle qui va bien au-delà des frontières de l'Amérique latine. Outre les pays hispanophones, Sonido Gallo Negro a tourné en Italie, en Serbie (à l'invitation d'Emir Kusturica) et en France à l'occasion du festival Jazz Sous Les Pommiers en Normandie. Je suis le premier surpris de constater que ce groupe à vocation plutôt underground rencontre, à l'occasion de la sortie de leur troisième album studio, un écho mondial. Dans cet opus, Sonido Gallo Negro fait quelques infidélités à la cumbia colombienne de ses débuts pour aller explorer le mambo de Pérez Prado, le porro de Lucho Bermúdez (une magnifique reprise de Tolú) et même un chachacha. Ce florilège vous présente une sélection de morceaux piochés dans leurs trois albums officiels, mais aussi dans un rare live enregistré au Foro Alicia, un lieu d'expression artistique alternatif du quartier Cuauhtémoc de la ville de Mexico. Je pourrais facilement passer une année entière de posts à vous présenter quelques-uns des musiciens qui ont joué dans ce lieu mythique qui a accueilli, paraît-il, plus de 28000 orchestres.
ZOCALO [Vous prendrez bien le temps d'un petit commentaire !]   


01 - Cumbia de Sanación
02 - Santa Barbara
03 - Tolú
04 - Cumbia Amansa Guapas
05 - La Focá (Cha Cha Chá)
06 - Serenata Güajira
07 - Chamula
08 - La Patrona
09 - Cumbia Fuzztone
10 - Bocanegra
11 - Mambo Egipcio
12 - Danza del Mar
13 - La Pollera Amarilla
14 - Vírgenes Del Sol
15 - Leticia
16 - Cumbia Ishtar
17 - Valicha
18 - Mambo Cósmico
19 - Coup De Poudre
20 - Lamento del Cullachaqui
21 - La Danza De Los Jibaros
MP3 (320 kbps) + front cover


9 commentaires:

  1. Zocalo, c'est à écouter en lisant "Cartel" de Don Winslow (où j'ai compris d'où vient Zocalo d'ailleurs...) ?

    RépondreSupprimer
  2. Je charge. Ca me semble bien complémenter Dengue Dengue Dengue. Merci !

    RépondreSupprimer
  3. Alors
    - je lis "la dent du chien", comme quoi les (très) grands esprits de cet endroit se rencontrent :) (oui, je sais c'est mal, je ne suis pas supposé lire ça du tout si je veux réussir (concours incomming oblige)
    - MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
    alors, je le dis toujours (ou alors j'oublie et faut m'engueuler) mais là... whaou! Il y a quelques années (je dirais fin 2011) j'avais une élève mexicaine qui parlait de musique mexicaine, avant de repartir elle m'avait donné une liste de groupes... que j'ai perdue... tout le monde aura compris que sonido gallo negro était en tête de liste !
    réécouter ce son c'est à la fois un plaisir et un soulagement ! (il ne me reste plus qu'une liste d'écrivains indiens à retrouver)
    sinon c'est effectivement hypnotique, sans jamais être lassant ou pseudo-relaxant, ça voyage sans tomber dans le piège de l'exotisme bon teint... ces mecs devraient rencontrer ceux de master musicians of Bukake... ça serait dément !
    encore merci du partage qui égaye ce mardi matin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh...je crois que c'est "La griffe du chien"!

      Supprimer
    2. mais oui!
      tout à fait !
      d'ailleurs je l'ai terminé en écoutant beaucoup de Sonido Gallo Negro... étonnant :)
      En revanche, je vais attendre un peu avant de lire Cartel parce que même si la griffe du chien était très bien, j'ai trouvé le traitement un peu trop cinématographique. Je conseille "la frontière" de Patrick Bard sur le même thème (et forcément le bouquin de Littell "la compagnie" si on aime le côté "espionnage et politique sur fond historique")

      Supprimer
  4. Encore un magnifique boulot et un superbe voyage que tu nous propose-là Tout en étant respectueux du style, ces gars savent y ajouter un bon gros grain de sel Excitant!

    RépondreSupprimer
  5. La chicha salvaje ou la cumbia sans frontière nous transporte aux sources du psychédélique (los indios en connaissent un bout sur la question) associé à ce groove hypnotique qui pulse, pulse dans nos synapses dilatées.
    Ouah ça doit être puissant de vivre ce truc en live dans ce pays de ferveur et de rythme.
    Viva Sonido Gallo Negro et merci Zocalo!
    Le Duke

    RépondreSupprimer
  6. Merci tout plein pour vos messages. Joe Fracas, j'ai bien noté le bouquin que tu me conseille. Yggdralivre, heureux de t'offrir cette petite madeleine. Le Duke, quand est-ce que tu vas te créer un compte Google (^.'). Jeepeedee, j'espère que la musique t'a plu. Jimmy et Keith, merci d'héberger mes délires...

    RépondreSupprimer